lesmanalas_cardamomes_principale
Faire des Randonnées,  Réaliser et préparer un Tour du Monde,  Voyager au Cambodge,  Voyager en Asie,  Voyager en Sac à dos

Un treck dans la jungle des Cardamomes

Après notre séjour à Battambang, nous avons repris notre route en direction du SUD du Cambodge pour ensuite rejoindre la chaîne de montagnes des Cardamomes, avec une envie d’espaces verts et de reliefs. Notre ascension ne s’est malheureusement pas tout à fait déroulée comme nous le souhaitions… Entre trafics, longs trajets, perte de matériels et baisse de morale, cette dernière semaine fut particulièrement difficile. On vous explique.

Première étape : départ de Pursat

Nous nous enfonçons dans les montagnes de l’OUEST en quête de verdure et d’espaces sauvages. Nous avons, la veille, rencontré un guide par hasard dans un restaurant de Pursat. Il peut nous organiser un treck dans les montagnes, puis nous descendre sur Koh Kong dans le SUD. Il nous organise tout : le transfert, les rangers, l’hôtel. Cela fait du bien de ne plus rien prévoir et de se laisser porter par le cours des choses. Bien-sûr cela aura un coût : 20$/ranger/jour. Nous acceptons. Ce sera notre unique chance de fouler des terres hostiles encore rarement visitées par des touristes. Nous lui demandons à chaque fois le transport le moins cher et nous prenons notre première voiture (style 406) à 6 derrière et 4 devant, pendant 3h avec des roues sur le coffre, des marchandises sur les genoux et un coffre plein à craquer. Le voyage pour rallier Pursat à Veal Real fut honnêtement inconfortable et relativement cher (10$ pour deux). Mais on comprend. Il n’y a pas de transports en communs qui montent jusqu’à Veal Real, les routes sont chaotiques et on comprend vite que pour ceux qui sont à bord, c’est le grand voyage de l’année. Malgré cela, les paysages sont magnifiques : verdoyant comme on les aime, pleins de reliefs et on apprécie les maisons traditionnelles qui longent la route principale (un chemin de terre rouge).

lesmanalas_pursat_1
27/02/2017 - Petit garçon croisé au marché de Pursat
lesmanalas_pursat_2
27/02/2017 - Stand de poissons au marché de Pursat

Deuxième étape : départ de Veal Real

Notre départ se passe à Promoy (Veal Real). Nous avons dormi dans une Guesthouse, sans Wifi (la seule du village) et nous avons mangé à la bougie (coupure d’électricité). L’ambiance du village est sympathique et promet un beau treck. Nous nous levons le lendemain à 5h30. La nuit fut courte, mais l’impatience nous garde éveillée. Nous rejoignons devant la Guesthouse le premier ranger ainsi que le deuxième scooter avec son chauffeur et là, on comprend que ça va être compliqué. Nous sommes chacun à l’arrière d’un scooter avec nos gros sacs sur le dos et d’autres packages aux pieds des chauffeurs. Tout ça pendant 50km de pistes défoncées. Le trajet fut long et les abdominos biens sollicités. On arrive alors à une cabane pour récupérer  notre deuxième ranger. La barrière de la langue va être compliquée et les deux rangers restent fermés au dialogue. Nous reprenons la route pour rejoindre un charmant village au bord de l’eau. Nous comprenons que nous venons d’arriver au bateau. Notre guide, Khem, comme d’habitude, téléphone au premier ranger, puis à nous pour nous expliquer ce qui va se passer et nous demande de l’appeler au moindre problème. Ce guide est une crème et il va, tout au long de notre calvaire, nous aider (à tout moment de la journée). Bref, nous embarquons sur le bateau à moteur. Nous nous laissons emportés par le cours de l’eau et des espèces animales croisées sur notre route (aigle, iguane, papillons, oiseaux tropicaux, etc.). Nous débarquons sur une jetée de terre après 1h de bateau. Il fait chaud et nous avançons pendant 1h avec nos gros sacs sur le dos. La forêt est dense et nous restons constamment accrochés à des lianes, piques et branches. Le ranger (Ni), a une cadence soutenue et rapide. Nous peinons à le suivre. Il nous ouvre la route avec sa machette, mais oublie que Steve fait une tête de plus que lui. Ça nous amuse quand nous devons traverser un cours d’eau sur un tronc, quand nous devons nous accroupir pour éviter un arbre, quand nous devons nous accrocher à des branches en contournant un point d’eau (pour l’instant).

lesmanalas_guesthouse
27/02/2017 - Arrivé à la Guesthouse de Veal Real
lesmanalas_veal_real_repas
28/02/2017 - Coupure d'électricité à Veal Real
lesmanalas_veal_real_1
28/02/2017 - Départ dans la jungle - Le chauffeur de scooter
lesmanalas_veal_real_2
28/02/2017 - Village à l'entrée de la jungle
lesmanalas_veal_real_3
28/02/2017 - Les rangers sur le bateau
lesmanalas_jungle_1
28/02/2017 - Sur le fleuve très tôt le matin
lesmanalas_aigle
28/02/2017 - Rencontre avec un aigle
lesmanalas_jungle_2
28/02/2017 - Sur le fleuve dans la jungle
lesmanalas_jungle_3
28/02/2017 - On s'enfonce dans la jungle
lesmanalas_jungle_4
28/02/2017 - Steve et Ni fabriquent un réservoir d'eau pour le camp
lesmanalas_repas_midi
28/02/2017 - Repas du midi : poisson fumé et cuit sur broche avec riz et piments
lesmanalas_apres_repas_midi
28/02/2017 - Après le repas du midi

Nous nous arrêtons vers 16h pour installer le campement ; la nuit tombe vite. San De (le deuxième ranger), nous prépare l’emplacement de la tente. Il dégage les tiges et les feuilles mortes, nous aide à boucher les trous avec de la terre, nous prépare un petit nid douillet et nécessaire après cette longue journée de marche très sportive.

lesmanalas_dodo_jungle
28/02/2017 - Notre tente Mutha Hubba en pleine jungle
lesmanalas_campement
28/02/2017 - Campement des rangers
lesmanalas_jungle_8
01/03/2017 - Dans la jungle
lesmanalas_campement_jungle_soir
28/02/2017 - Campement du soir

Le jour où tout bascula

Notre première nuit (et dernière finalement) dans la jungle fut particulière. Nous avons dormi tôt (vers 20h) et pourtant, nous nous réveillons complètement courbaturés et fatigués. Nous avons mal partout, même à des partis impossibles du corps. Nous remarquons que les rangers se sont levés plus tôt que prévu. Il ont surement mal compris ce que nous leurs avons dit (6h debout). Ils s’activent prêt du feu déjà à 5h du matin. Nous restons quant à nous bien emmitouflés dans nos sacs de couchage. Il est hors de question de se lever plus tôt que prévu. Nous les rejoignons à 6h05 pour le petit déjeuner (tout prêt). Nous sommes surpris de voir les rangers jeter les boîtes de conserve en pleine nature. Nous ne saurons pas si c’est une pratique courante ou bien s’il s’agit simplement d’exceptions… Nous avons tout remballé et nous avons un peu peur du reste du treck. Il ne fait pas tout à fait jour et tout est très humide. Nous avons mal partout et les rangers s’activent pour nous faire comprendre que nous devons reprendre la route. Nous les suivons à contre cœur. 

lesmanalas_dernier_jour
01/03/2017 - Ballade très matinale (7h)

Nous rebroussons chemin pendant un bon quart d’heure avant de bifurquer sur un nouveau sentier. Et c’est là que le cauchemar commença….

Nous devions traverser un point d’eau. Cette fois, le ranger, me montre le chemin et ne peut m’expliquer l’itinéraire, car il ne parle pas un mot d’anglais. Je l’imite. L’eau est trouble. J’ai un peu peur. Je vois des sangsues nager. Je l’ai imité et je n’ai plus de chaussures aux pieds… Il n’y a rien pour se tenir et j’ai énormément de mal à garder l’équilibre sur le tronc immergé. Après quelques minutes où je progresse difficilement, je tombe soudain dans l’eau. Le ranger en rigole… Moi moins. Mon sac est trempé, avec tout ce qu’il contient. Je n’ose pas regardé mon état et mon matériel. J’explique tout de suite à Steve quoi faire. Il tombe quand même à l’eau en glissant sur le tronc (le poids du sac de 16kg oblige). Nous rejoignons finalement la berge abattus. 

Notre premier réflexe fut de sortir les appareils électriques et de les essuyer, en vain. Les rangers nous accordent 10mn de pause et rient de notre état. Ils ne comprennent vraiment pas que nous sommes écœurés et à la limite de pleurer tant les pertes sont immenses. Nous lui demandons d’appeler le guide. Il n’y a malheureusement pour nous pas de réseau et nous devons reprendre notre marche, trempés et (pour moi) en pleure véritablement.

lesmanalas_sangsue
01/03/2017 - Une sangsue sur mon pantalon
lesmanalas_blessure_sangsue
01/03/2017 - Le baiser d'une sangsue

Nous nous arrêtons dans une étendue défraîchie où nous en profitons pour ouvrir nos sacs, tout déballer et faire sécher au soleil. Pendant ce temps là, Ni appellera notre guide. Nous resterons ici plus d’une heure à ne plus parler, et en faisant un constat lamentable : le téléphone portable de Steve ne s’allume plus, les deux mp3 non plus, mon téléphone s’allume mais est imbibé d’eau, l’appareil photos s’allume mais l’optique est complètement flou, les sacs de couchages, les chaussures, etc. sont à laver et à sécher le plus vite possible.  Fort heureusement, dans un élan de lucidité, nous avions protégé les ordinateurs et nous les avions bien emmitouflés dans nos sacs. Ils seront les seuls rescapés avec la Go-Pro (dans son étui).

Tout malheur a une fin

Vous l’aurez, compris, si nous vous écrivons cet article, c’est que nous avons pu minimiser les dégâts. Notre treck fut terminé le jour même où nous sommes tombés à l’eau. Notre guide, très désolé pour nous, demanda notre rapatriement au village. Nous fûmes en quelques heures ramener chez l’habitant où un repas chaud et de l’eau en bouteille nous attendaient. Un bateau que nous dûment négocier gratuitement nous déposa directement dans un Homestay pour la nuit. 

lesmanalas_nos_sacs
28/02/2017 - Nos deux sacs pleins à craquer
lesmanalas_homestay
02/03/2017 - A l'Homstay (écotourisme / Après notre treck)
lesmanalas_homestay_2
02/03/2017 - Go pour se baigner
lesmanalas_homestay-3
02/03/2017 - Baignade dans le lac avec terre argileuse

La journée fut la plus longue du voyage, car nous dûment attendre, souvent très longtemps, sans occupation et à ressasser sans cesse ce qui venait de nous arriver en dramatisant sur le budget que ça représentait. Nous disant parfois même que c’était la fin de notre voyage… En arrivant chez Nim (la Homestay), nous primes un peu confiance aux cambodgiens et en leur bonté. Nous installâmes notre tente en hauteur sur la terrasse d’une maison traditionnelle et nous nous baignâmes dans le point d’eau naturel et argileux de la maisonnée. Nous en profitâmes pour sécher nos affaires, rencontrer les voyageurs de passage et échanger sur leurs expériences dans la jungle. 

Quelles découvertes de savoir que dans cette homestay, il était possible de faire des trecks en laissant le matériel inutile ici et d’être accompagnés de guides ! D’ailleurs, Nim testa le poids de nos sacs et confirma qu’ils étaient bien trop lourds pour un treck en jungle… Bon ce qui fut fait, fut fait malheureusement… Les Cardamomes sont vraiment magnifiques et c’est simplement dommage que nous ayons eu à vivre ces mauvais moments qui ont gâché notre passage dans ces forêts reculés des traces humaines… 

lesmanalas_reaps_homestay
02/03/2017 - Repas du soir avec Sanoema et Ramadame à l'homestay
lesmanalas_pdj_homestay
03/03/2017 - Petit déjeuner à l'Homstay

Nous en saurons plus le soir même et ces nouvelles nous laisserons encore un peu plus un mauvais goût de cette expérience : notre argent permettra à faire vivre le village que nous avons traversés, en construisant davantage et en déforestant la jungle… Quelle nouvelle ! Cela laisse un goût amère. Nous demandons un taxi (il n’y a pas de bus malheureusement !) pour rejoindre le lendemain Koh Kong. Nim, nous organisera tout et nous nourrira ! Ce fut le sauveur de cette escapade loin de la civilisation !  Nous nous quitterons en se promettant de revenir chez lui lorsque nous reviendrons au Cambodge.
Nous embarquerons le lendemain vers 9h pour trois heures de route sinueuse et escarpée entre villages, jungle et montagnes. Il nous déposera devant une Guesthouse où l’un des propriétaires parle ;le français ! Merci Nim ! Nous profiterons de cette journée pour retirer de l’argent, faire le point sur le budget, trouver un réparateur pour tenter de réparer (en vain) le portable de Steve, faire quelques courses pour avoir des vivres et sécher nos affaires.  Le tout à bord de vélos prêtés par la Guesthouse !

lesmanalas_sechage
04/03/2017 - On investit notre chambre pour tout sécher
lesmanalas_boulot
05/03/2017 - Une après-midi de travail et un bon apéro en prime !
lesmanalas_reparation
03/03/2017 - En pleine tentative de réparation du téléphone de Steve
lesmanalas_place_bus
04/03/2017 - Sur la route de Sianoukville / Le bus est plein à craquer et Steve s'installe sur un tabouret au milieu / C'est parti pour 2h30 de route !

Puis, viendra l’envie de prendre le large et de retrouver la civilisation. Nous prendrons un bus pour rejoindre la ville balnéaire de Sianoukville. Elle est malheureusement connue pour ses soirées festives, son nombre indécent de touristes et ses plages sales. Cela dit, nous avons passé quelques jours agréables à nous baigner dans la piscine de notre hôtel, manger des plats un peu plus occidentaux et dormir jusqu’à pas d’heures. Il y avait un petit air de vacances en Italie et le rappel de ce que nous connaissions nous a fait du bien étant donné que nous broyions du noir.  

Rester dans cette ville nous a permis de revoir notre façon de voyager. De prendre plus le temps et d’arrêter de courir pour tout visiter et tout voir. Notre trek dans la jungle a failli tout gâcher, mais au fond, c’est nous qui avions décidé de le faire et nous ne pouvions que nous en prendre à nous-mêmes. On repartira d’ici le cœur lourd, mais avec de nouvelles destinations en tête, de nouvelles envies et surtout, l’impression qu’on commence enfin et véritablement notre voyage.

lesmanalas_sianoukville1
04/03/2017 - Guesthouse Monkey Republic à Sianoukville
lesmanalas_sianoukville2
04/03/2017 - Dans la piscine
lesmanalas_plage
Steve sur la plage de Sianoukville
lesmanalas_magasin
05/03/2017 - A Sianoukville, on voit du fromage pour la première fois mais c 'est trop cher !

Typiquement cambodgien

lesmanalas_resto
Un restaurant en mode cinéma

Cuisine et saveurs

lesmanalas_cambodge_riz
Plat de riz
lesmanalas_cambodge_repas_maison
28/02/2017 - A Veal Real
lesmanalas_vrac
27/02/2017 - Au marché de Pursat
lesmanalas_pursat_riz
28/02/2017 - Au marché de Pursat on voit beaucoup de riz !
lesmanalas_pursat_fruit
28/02/2017 - Fruit inconnu mais que j'apprécie énormément !
lesmanalas_porridge
Un porridge
lesmanalas_repas_sianoukville
04/03/2017 - A Sianoukville

Budget de 30€ par jour, respecté ou non ?

Locomotion Nourriture Hébergement Visites Achats
91€
51€
44€
66€
9€

SOIT UN TOTAL DE 261€ / SOIT 37€ PAR JOUR

Le pays est magnifique, mais nous ne nous attarderons pas au Cambodge. Nous n’avons pas eu le coup de cœur car nous avons eu l’impression de suivre une route touristique toute tracée et quand nous avons voulu nous en éloigner, ce fut le début des ennuis. Nous avons certainement eu peu de chance lors de notre voyage. Ce qui explique notre position actuelle. C’est certain que beaucoup de voyageurs apprécient leur séjour. En tout cas, pour nous, l’objectif principal pour retrouver le moral, est d’aller à la capitale et d’avoir à nouveau notre matériel pour pouvoir avancer correctement et vous donner de nos nouvelles. Soyez tolérant, quant aux prochaines photos. Nous ne pouvons malheureusement plus vous garantir une qualité optimale… Avant la capitale, nous nous offrons un dernier repos à Kampot loin des bars et des zones balnéaires. Après, nous risquons d’arriver rapidement au Vietnam
Affaire à suivre…

Avez-vous déjà entendu parlé de cette jungle incroyable des Cardamomes ?

LES MANALAS

Cet article m'a été utile
5/5
Cet article m'a été utile
Merci pour ton vote !
Vous avez aimez l'article ? Partagez-le !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *