Les Avencurieux, deux alsaciens tourdumondistes qui sillonnent la France
Être ou devenir un Digital Nomad,  Vos Voyages,  Voyager en couple,  Voyageurs alsaciens

Les Avencurieux, deux alsaciens tourdumondistes qui sillonnent la France

Nous ne les connaissions pas et pourtant nous venions de la même région (Alsace). Nous avions quasiment le même âge. Nous avions fait les mêmes études . Nous avions des amis en commun. Et surtout, nous partions en tour du Monde la même année ! C’est parce que justement nous avions tous ces points communs que nous avions décidé de suivre nos parcours respectifs pendant notre voyage jusqu’à espérer se retrouver, ensemble, à l’autre bout du Monde ! Et ce fut chose faite ! A la fin d’année 2017, nous nous retrouvions tous les quatre en Australie ! Ce fut l’occasion de se découvrir et d’échanger sur nos voyages et nos projets. Depuis, on ne se lâche plus ! Laissez-nous vous présenter les Avencurieux, un couple incroyable qui, après avoir fini un tour du Monde, a décidé d’entreprendre un tour de France tout en étant nomades digitaux !

lesavencurieux-5_orig
En décembre 2017 - On fait découvrir la Daintree Forest aux Avencurieux en Australie

Qui sont les Avencurieux ?

Émilie a 28 ans et elle vient du petit village de Dietwiller (68) en Alsace. Cédric a 30 ans et il est originaire de Wisches, dans la vallée de la Bruche (67). Ils se sont rencontrés pendant leurs études à l’IUT de Mulhouse.  Après avoir vécu cinq ans à Nice, plusieurs éléments les amènent à envisager un tour du Monde. Il y a notamment la routine qui s’installe malencontreusement, mais aussi le fait de visualiser des vidéos de voyage sur internet et d’avoir des connaissances qui franchissent le pas d’un long voyage (certains pour un tour du Monde, d’autres pour travailler tout en voyageant depuis les pays d’Asie). Plus qu’un projet, ils le savent, ils partiront eux aussi et coûte que coûte ! Ils annoncent deux semaines plus tard à leurs familles ce projet un peu fou et entament deux ans de préparatifs (CF : Émilie était plutôt une maniaque du contrôle et des préparatifs avant de partir en voyage)

« On a tout quitté »

Ils ont vendu leurs meubles, leurs objets et leur voiture. Cédric a abandonné son travail et ils ont pu libérer leur appartement. A la fin, il ne leurs restait plus grand chose. Ils ont embarqué le 7 août 2017 avec en tout et pour tout deux sacs à dos de 10 et 15kgs.

Un an d'aventures à travers trois continents

avencurieux-5

Les apprentis voyageurs sont partis pour un an d’aventures avec leur mascotte argentine Pablo (un petit pingouin tricoté mains!). Ils n’avaient pas de « mode de voyage » spécifique. Ils avaient des billets tour du Monde pour parcourir l’Amérique du Sud, l’Océanie et l’Asie. Pour se déplacer, ils faisaient en fonction des destinations : avion, train, bus, bateau, ferry, voiture, tuk-tuk, vélo et surtout beaucoup de kilomètres à pieds ! Ils nous avouent cependant que s’ils devaient refaire ce voyage, ils prendraient moins l’avion. Après coup, ils se sont rendus compte de leur énorme impact environnemental

« Nous n’étions pas vraiment des voyageurs avant de partir »

L’aventure avait à peine démarré qu’ils ont dû se confronter à la réalité. Ils n’avaient jamais voyagé ensemble plus de deux semaines consécutives et jamais en sac à dos. Ils nous avouent que leurs tout premiers jours avaient été une épreuve étant donné que leurs sacs à dos n’étaient pas arrivés à l’aéroport de Lima (Pérou) en même temps qu’eux. Ils ont du attendre le troisième jour pour enfin récupérer leurs affaires. Dans la foulée, ils se sont trompés de date dans la réservation de l’avion pour Cusco (Pérou). Ce qui a reporté leur départ de Lima, alors qu’ils ne s’y sentaient pas bien. Toujours dans la foulée, Cédric a eu un mal de l’altitude pendant plusieurs jours pour ensuite tomber malade d’une grosse indigestion en Bolivie quelques semaines plus tard qui lui a fait perdre 4kgs. Bref, ça aurait pu en décourager plus d’un… Et pourtant, il a tenu bon et affirme qu’aujourd’hui il est assoiffé de découvertes et de nouveautés

avencurieux-1_orig
avencurieux-2_orig

« Faire ce qu’on a envie de faire »

avencurieux-4_1

Émilie nous raconte qu’elle s’est aperçue qu’elle ne pouvait plus envisager un retour à sa vie d’avant devant les chutes d’Iguaçu (Frontière Argentine/Brésil). Ébahie devant l’immensité et la puissance des cascades, elle s’aperçoit que la vraie vie est en face d’elle. Découvrir des lieux incroyables, de nouvelles cultures, de nouvelles personnes,… « faire ce que l’on veut vraiment ». Elle nous confie qu’avant ce voyage, elle avait l’impression de ne vivre pleinement que les week-ends et pendant ses cinq semaines de congés annuels. Elle réalise également qu’ils ont besoin de peu de choses dans leurs vies pour être bien.

Un retour en France difficile..

Lorsqu’ils reviennent en France, ils en profitent pour revoir leurs proches et pour savourer la gastronomie française qui leurs avait manqués (notamment le pain, le fromage et le vin !). Mais lorsque toute cette effervescence s’essouffle, ils perdent rapidement le moral. Ils n’envisageaient pas de reprendre leur vie « d’avant voyage » là où ils l’avaient laissé. A leur départ, ils avaient laissé la place à une page vide à compléter par de nouveaux projets. Ils pensaient trouver une nouvelle voie pendant leur année de tour du Monde. Malheureusement, c’est le trou noir… Ils sont un peu perdus, sans but. Ils savent ce qu’ils ne veulent plus. Mais que veulent-ils vraiment ?

Trois voies évidentes, mais une seule réjouissante… Le nomadisme digitale !

avencurieux-6

Ils avaient envisagé trois options. La première était de faire un visa vacance / travail (dit PVT ou Working Holiday Visa) qui leur permettrait de voyager un an dans un pays tout en y travaillant. Malheureusement, il fallait rapidement se décider et se préparer puisque pour certaines destinations, l’âge limite est de trente ans (âge de Cédric). Ils avaient également pensé à se poser à nouveau avec un CDI pour Cédric (sans véritable euphorie). Et enfin, la troisième option était de devenir nomades digitaux et de continuer à voyager tout en travaillant de leurs activités respectives. Ils décident de tenter l’expérience du nomadisme digital. Émilie était déjà webmaster freelance. Il ne restait donc qu’à Cédric de monter sa micro-entreprise dans le domaine du référencement web. Ils avouent avoir de la chance que leurs métiers se prêtent facilement à une vie de nomades. Ils ne leur suffit que d’un ordinateur et d’une connexion internet pour travailler !

Un Tour de France après ce Tour du Monde

Une fois leurs micro-entreprises prêtes, il ne leurs restait plus qu’à partir à l’aventure. Leur choix s’est porté sur un tour de France. Le 8 janvier 2019, leurs sacs sont à nouveau prêts et ils prennent la route vers Strasbourg pour découvrir plus en profondeur la capitale de leur région, l’Alsace. Ils avouent qu’ils se sont rendus compte à leur retour de tour du Monde qu’ils connaissaient plus la Thaïlande que leur propre pays. Ils voulaient remédier à ça en parcourant la France région par région et y découvrir les paysages, les architectures et les spécialités culinaires. Ils précisent que ce sera également l’occasion de revoir leurs amis et les voyageurs croisés pendant leur année autour du Monde.

avencurieux-7_orig
avencurieux-8_orig

« Il faut respecter un équilibre entre travail et découvertes »

Plus question de ne faire que voyager. A présent, Émilie et Cédric doivent allier leur nouvelle vie professionnelle avec leurs nouvelles aventures. En tant que digital nomads, ils doivent penser à organiser leur temps. Hormis le fait qu’ils s’accordent plus de temps pour eux-mêmes, ils en prennent également davantage pour découvrir le lieu où ils s’installent pendant en général un mois. Rien à voir avec leur tour du Monde où ils étaient rarement plus de trois jours au même endroit.

« Travailler moins, pour gagner autant ! »

Leur travail est simplement nécessaire pour financer leur voyage. Un voyage dont ils ne savent pas encore quand il prendra fin. Tant qu’ils y prennent goût, ils ne veulent pas envisager de suite.

Un Tour de France qui commence par la découverte de ville

En privilégiant les transports en commun les Avencurieux, vont de ville en ville. Après Strasbourg, ils ont déjà été à Lyon, Bordeaux et Montpellier. De retour en Alsace quelques semaines, ils reprendront les routes de France cette fois-ci en voiture pour pouvoir s’enfoncer davantage dans les zones rurales. Au programme, ils rejoindront Tours, puis Nantes dans un premier temps. Ils aimeraient ensuite découvrir le Lot avant d’embarquer en Corse en octobre.

« Si un projet te donne envie et te fait peur en même temps, c’est qu’il faut le faire ! »

A la question qu’on leur a posée concernant les conseils qu’ils donneraient aux personnes qui ont peur de partir à l’aventure, ils nous répondent :

« Un projet tel qu’un tour du Monde peut paraître fou aux premiers abords. Mais finalement, une fois qu’on est lancé, rien n’a jamais été aussi simple ! Il suffit juste de répondre à ses besoins primaires : se loger, se nourrir et je rajouterais volontiers se laver. Les choses sont bien plus compliquées quand on reste en France avec toute la paperasse, toutes les règles, etc. Partir en tour du monde était la meilleure décision de notre vie et elle a résolument changé notre façon de voir le monde (et la vie en général). »

Ils vous ont fait rêver et/ou vous avez envie d’en savoir + ?
Retrouvez toutes leurs aventures sur leur site internet : https://www.avencurieux.com/

Suivez les également pendant leurs aventures sur :
FACEBOOK : https://www.facebook.com/avencurieux
INSTAGRAM : https://instagram.com/avencurieux/
PINTEREST : https://www.pinterest.fr/avencurieux/
TWITTER : https://twitter.com/avencurieux

On n’oublie pas le compte Instagram de Pablo !
https://www.instagram.com/pabloavencurieux/

Cet article m'a été utile
Merci pour ton vote !
Vous avez aimez l'article ? Partagez-le !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *