lesmanalas-11-jpg_orig
Faire du Volontariat en voyage,  Faire un Working Holiday Visa,  Le Working Holiday Visa en Australie,  Voyager avec un Van ou un fourgon aménagé,  Voyager en 4 roues,  Voyager en Australie,  Voyager en Océanie

Faire les vendanges à Margaret River, dans le Western Australia

Notre mini roadtrip nous a mené à Margaret River, capitale du vin dans le Western Australia. C’est plus d’un mois que nous passons à cueillir le raisin quasiment 7/7 jours et parfois 8h par jour. On vous raconte dans cet article tous ce qu’il faut savoir pour faire les vendanges en Australie dans la région de Margaret River et surtout, on vous conte nos aventures qui ne furent pas de tout repos !

Où et Quand faire les vendanges dans le Western Australia ?

Dans le Western Australia, les vignobles se situent autour de Perth et jusqu’à Port Augusta.

Dans la région de Margaret River, la saison du picking (cueillette) commence en début mars. Il y a déjà des agences qui recrutaient fin février. Il vaut mieux arriver avant tout le monde pour être certain d’avoir une place.

 
lesmanalas-1-jpg_orig
Une allée interminable pendant un dropp in (retirer les fruits mauvais des arbres avant l'arrivée des pickers) - payé à l'heure
lesmanalas-7-jpg_orig
Du Cabernet-Sauvignon

Travailler directement chez le producteur ou en agence ?

En tout, c’est quatre agences qui recrutent sur Margaret River :

  • Labour Solutions (aucune information),
  • Vinepower (l’agence pour qui nous avons travaillé, la plus grosse de la ville),
  • Down to Earth Agribusiness (aucune information),
  • Bacchus Labour (recrute via Gumtree régulièrement).

Nous n’allons pas vous parler des deux agences que nous ne connaissons pas. A vous de vous y rendre et de prendre les informations dont vous avez besoin. Nous ne sommes d’ailleurs même pas allés les prospecter ayant tout de suite eu nos jobs à Vinepower.

L'agence de Vinepower

L”agence se compose d’une dizaine de superviseurs.
Pour y travailler, vous devez acheter le kit complet du “parfait picker” (ah ah…) à 35$. Il se compose d’une pince coupante pour cueillir les grappes, de lunettes de protections contre les éclaboussures de jus de raisin (quasiment jamais utilisé mais obligatoire chez certains vignerons), de la veste orange au nom de vinepower que vous pourrez rendre à l’agence en partant pour récupérer 10$. En plus de cela, l’agence vous demande d’avoir un couvre chef et des manches longues, ainsi que des chaussures fermées. On a ajouté des gants également à notre tenue de travail car on ne va pas se mentir, les raisins mures ça éclate sous les doigts…

Le travail commence généralement à 6h le matin mais ils veulent que les pickers soient présents à l’agence avant pour faire le trajet l’équipe complète jusqu’au vignoble. Ainsi, nous étions souvent conviés à 5h le matin pour pointer à l’agence. D’ailleurs, l’agence envoie un sms chaque jour vers 11h le matin pour demander si vous voulez travailler le lendemain. Vous devez répondre oui ou non. Ensuite, vous recevez avant 19h un autre sms donnant les informations sur votre journée de travail du lendemain (numéro de team, heure de rendez-vous à l’agence et si vous allez picker ou faire autre chose). A l’agence le matin, il est possible de faire du covoiturage. Ils distribuent des feuilles à compléter par les conducteurs de leur propre voiture avec le nom complet de leurs passagers pendant la semaine. A la fin de la semaine, lors de la paie, les conducteurs reçoivent 5$ par personne dans sa voiture et par jour. Cet argent est déduit des salaires des personnes covoiturées. C’est plutôt une bonne chose quand on n’a pas de voiture de pouvoir tout de même travailler en ferme en partant de la ville et c’est encore mieux pour les conducteurs qui peuvent se rembourser l’essence de la semaine !

La paie est versée le vendredi suivant et elle comptabilise les jours travaillés du lundi au dimanche. La fiche de paie est envoyée les jeudis.
Nous nous faisions peu d’argent chez Vinepower. Il ne faut pas se mentir, c’est à la bucket (au saut) et le prix est très bas. En moyenne, on gagnait 2$/bucket de 10kgs. Ce qui est vraiment rien. Pour être rentable, il fallait faire au moins 13 buckets par heure. Etant donné que nous étions souvent des dizaines dans le même vignoble (une fois il y a eu une équipe de 80 personnes !), je vous laisse imaginer comme cela est juste impossible quand il faut courir avec un saut aussi lourd pendant des kilomètres et des kilomètres à la journée pour remplir des sauts. Il faut en plus compter les terrains souvent vallonnés et les fruits pourris qu’on ne doit pas piquer ! On est souvent huit dans une allée et s’ils vont plus vite, ils faut à chaque fois les dépasser pour prendre les fruits. Bref, c’est épuisant et on ne gagne pas grand chose à la fin de la journée.

Mais quand les personnes se découragent au bout de trois semaines, les places se libèrent et les équipes deviennent plus petites (donc plus facile de se faire de très bonnes payes). Il y a même de meilleurs prix pour les sauts et si vous restez là encore plus longtemps, l’agence vous donne des boulots payés à l’heure ! Et là c’est beaucoup mieux. En moyenne 24$/heure avant taxes, les samedis 28$ et environ 40$ le dimanche ! Bref, une vraie aubaine !

Il y a plusieurs jobs différents payés à l’heure :

  • le dropp in (retirer les fruits pourris des arbres avant la cueillette),
  • le netting (retirer ou installer les filets pour protéger les fruits des oiseaux),
  • crier et courir pour faire peur aux oiseaux (eh oui j’avoue que c’est fou mais c’est bien drôle !),
  • retirer les feuilles pour faire prendre le soleil aux fruits,
  • et surement d’autres que nous n’avons pas expérimenter !
principale-bd_orig
Sous les filets !
lesmanalas-3-jpg_orig
Les vignobles à l'aube

Travailler en direct chez le producteur

Au début, on a voulu trouver un producteur pour travailler en direct. On a fait un seul jour chez Brown Hill. C’était une superbe journée où nous avions gagné beaucoup plus qu’à Vinepower. Mais malheureusement, les producteurs ne cueillent pas tous les jours ! Du coup, nous avons vite oublié l’idée en privilégiant le travail en agence qui te garantie un travail quotidien si tu viens tous les jours (même les weekends) et que tu fais du bon travail (au mérite !).

Combien ça peut rapporter les vendanges ?

Hormis les jours de ferme, le picking de raisin rapporte tout de même de l’argent quand on est bon et quand on a beaucoup de chances. Il ne faut pas se mentir, c’est tout de même technique et les premiers jours, on ne gagne rien. C’est avec du temps qu’on développe on ne sait pas trop comment une technique de crabes coupeur de fruits qui permet de remplir des sauts à grande vitesse. C’est également quand on est ouvert aux autres et pleins d’entraides qu’on apprend à connaitre pleins d’autres personnes dont les superviseurs et qu’on peut ensuite avoir d’autres jobs payés à l’heure.

Concernant les jours de ferme pour avoir la deuxième année de Working Holiday Visa, un jour travaillé compte comme un jour de ferme. Si vous faites 5 jours consécutifs chez Vinepower, le weekend est comptabilisé et cela vous fait donc 7 jours travaillés. Mais comme il y a du picking les weekend, de toute façon si vous voulez vous faire de l’argent et des jours, il est possible de travailler 7/7 jours.

Vinepower a aussi été l’occasion pour nous de rencontrer pleins d’autres voyageurs de tous horizons. Certains étaient là uniquement pour leur jours de fermes, d’autres comme nous pour de l’argent, et d’autres pour vivre les vendanges en Australie. Il y a tous les âges, et toutes les nationalités. On a échangé énormément de bons moments et on est resté en contact avec une grande majorité d’entre eux.

lesmanalas-9-jpg_orig
On fait du dropp in
lesmanalas-10-jpg_orig
En pleine cueillette !

Notre expérience dans les vignes et nos un mois et demi sur place

Nos un mois et demi ont été compliqués…. On est venu à Margaret River pour remplir notre compte bancaire. Malheureusement, on n’a pas réussi à mettre de l’argent de côté avec un tel travail même en ne payant pas de camping (nous dormions à Rivermouth près de la plage et nous nous levions à 4h chaque matin pour éviter les rangers) ! A la fin de la première semaine de cueillette, notre van est tombé en panne et nous avons donc dû rester un mois complet le temps de trouver la panne dans trois garages différents (on vous conseille de ne pas tomber en panne à Margaret River pour ne pas vous ruiner !!). Bref… 

lesmanalas-16-jpg_orig
Notre camping illégal pendant un mois à Rivermouth
lesmanalas-15-jpg_orig
Sur le parking de Rivermouth avec les copains

Impossibilité de trouver la panne de notre van

Aucun garage n’était capable de trouver notre problème. C’est au bout d’un mois que notre van a rendu l’âme… On a eu la chance d’avoir de superbes amis de Perth (chez qui nous avions gardé la maison à Perth Melissa et Jack), qui sont venus nous remorquer et nous amener à un garage Ford le plus proche (Bunbury à 1h30 de route et 3h en remorquage…) ! Sur place, Ford n’avait toujours rien trouvé de mauvais sur le véhicule et nous a laissé repartir avec une petite facture de 150$… On est directement tombé en panne, mais vraiment mauvais dans leur rue (fumée et liquide du pot d’échappement, impossible de démarrer le moteur,… bref la catastrophe !). Heureusement, un garagiste finira par nous sauver la vie en découvrant que c’est notre joint de culasse qui était complètement mort… Bref deux jours de réparation plus tard (après trois jours chez Ford), on a pu retourner sur Margaret River pour retourner travailler jusqu’à la fin de la saison (pas le choix, plus de sous car on a dépensé plus de 1400€ de réparation…).

Un Helpx le temps de réparer Knacky

On a eu par contre beaucoup de chance que l’agence ne nous donne que des jobs payés à l’heure pour nous aider à nous en sortir… C’est en revenant d’ailleurs de Bunbury que nous nous sommes installés en Helpx (volontariat) chez Tony et Sabine pendant deux semaines pour éviter les aller/retour à Rivermouth et avoir tout le confort d’une maison. On était logé en caravane dans leur jardin contre une heure de travail par jour. Nous avons d’ailleurs fêté Pâques avec eux dans la pure tradition australienne !

lesmanalas-14-jpg_orig
En panne, chez Ford Bunbury pendant trois jours
lesmanalas-17-jpg_orig
A Pâques avec Tony et Sabine

Mais tout est bien qui finit bien...

Heureusement, malgré tous ces soucis, on a rencontré des personnes formidables et on n’a jamais été seuls. On dormait sur notre petit parking avec nos amis les soirées et on échangeait tous ensemble. Bref, ce ne fut pas que de mauvais moments. D’ailleurs avec le recul, cette expérience dans les vendanges n’a pas été horrible. C’était certes physique et fatiguant, mais tellement enrichissant !

lesmanalas-13-jpg_orig
Quelques semaines après les récoltes, les vignes se teintent d'oranges
lesmanalas-5-jpg_orig
Sous les filets, on en peut plus !
lesmanalas-2-jpg_orig
Après-midi dégustation avec les collègues de Vinepower ah ah
lesmanalas-12-jpg_orig
Vu en drone du vignoble de Georgette Vinyard à la fin de la saison du picking (juste avec le pruning)

Budget de 30€ par jour, respecté ou non ?

Locomotion Nourriture Hébergement Visites Achats
1 580€ (dont 1 400€ de réparations de Knacky le van)
292€
133€ (campings lors des réparations du van)
79€ (abonnement piscine pour douches chaudes)
90€ (lessives, sim card Optus et gaz)

Recettes du travail = 4 969$ (soit environ 3 064€)

SOIT UN TOTAL DE 2 174€ / SOIT 54€ PAR JOUR SUR 40 JOURS DE VENDANGES

AVEC RECETTES : 0€ PAR JOUR – BÉNÉFICE DE 890€

Les vendanges à Margaret River sont assez difficiles. Les horaires ne sont pas faciles et la compétition est bien là au début de la saison. Il est ainsi difficile de se faire des amis de premier abord et de l’argent. La région est cependant incroyable et si vous vous accordez quelques visites après vos jours de travail, l’expérience dans la région n’en sera que meilleure. Entre travailler en direct ou en agence, je dirai que le mieux est de tester les deux et de voir lequel vous convient le mieux. Pensez cependant à faire un maximum de jours de travail pour avoir un maximum de jours pour votre deuxième année de visa. La saison du picking est courte et sur toute la côte ouest, il n’y a rien d’autre à picker avant un bon bout de temps. Sinon, il vous faudra attendre un bon mois et demi avant de pouvoir continuer en ferme dans la région pour faire le pruning de raisin… Up to you…

On ne peut pas dire que les vendanges auront rempli notre compte en banque. Cependant, elles nous ont permis de réparer notre van et ça, ben c’est déjà une bonne chose ! Heureusement, nous trouvions peu de temps après un autre travail qui permettra enfin de sortir la tête de l’eau

Vous avez travaillé dans les vendanges en Australie ou dans la région de Margaret River ? Racontez nous votre expérience en commentaire !

Cet article m'a été utile
5/5
Cet article m'a été utile
Merci pour ton vote !
Vous avez aimez l'article ? Partagez-le !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *