Le projet de départ

Le projet de départ est venu d'une idée...

lesmanalas_tour_d_italie
Juillet 2015 - Tour d'Italie en voiture

D'ailleurs l'idée...

​Notre projet de départ s’est imposé dans nos esprits en 2015. Bien avant de penser à un tour du Monde, on rêvait de parcourir l’Europe dès que nous avions un moment à bord de notre petite Golf trois portes (découvrir notre roadtrip en Italie). Puis, est venue une idée. Celle qui germe progressivement quand on aime voyager : pourquoi attendre chaque année nos congés pour partir à l’aventure ?

Puis, le projet de voyage...

​Nous avons rapidement cherché une alternative à ce problème. Nous voulions voyager mais nous voulions le faire sans contrainte. L’idée d’un Tour du Monde minimaliste s’est tout de suite imposée. L’idée était belle et pleine de promesses.

Nous avons donc entamé un an de préparatifs. Nous voulions mettre à contribution nos connaissances personnelles de plusieurs années de travail et d’études. On a du coup tenté le sponsoring, la création d’un site internet, d’un blog, de vidéos et de partenariats. On était lancés ! 

"Envie d'ailleurs et envie de vivre comme on le veut pendant un an."
principale-manalas_orig
Mister Manala

Les Manalas étaient nés

Mais que veut dire « Manalas » au fait ?

Le manala est une viennoiserie alsacienne en forme de bonhomme que l’on donne aux enfants à la Saint Nicolas. Le mot « manala » signifie « petit bonhomme ». Il représente bien notre situation avant notre départ : de petits bonhommes qui vont parcourir le monde.

Il y a également un double sens puisque lors de notre voyage, nous avons décidé de soutenir la Fondation ARSEP qui lutte contre la sclérose en plaques.
L’objectif, est de récolter des recettes de cuisine auprès de nos hôtes et d’en échange fournir la recette de manala. L’idée est de publier un livre de ces recettes dont une partie des bénéfices sera reversée à la Fondation pour la recherche. 

(Ps : merci à notre ami Matthieu pour le nom et à Noaline pour les logos !

Le départ

lesmanalas_thailande_debut
En janvier 2017 - En Thaïlande et au début de notre voyage

Bangkok, première destination

Bref, après un projet de départ bien ficelé, on a décollé en janvier 2017 en direction de Bangkok. Avec pour seuls bagages nos 13 kg chacun en sacs à dos. Nous ne savions absolument pas ce qui allait se passer après trois jours dans la capitale. Le début de l’aventure commençait sans contrainte et sans plan.

Notre voyage, le commencement de quelque chose...

On pensait cependant être prêts. Que ce voyage allait être une parenthèse dans nos vies. Pourtant, il nous a changés dès les premiers mois. Il ne s’agit plus d’une parenthèse, mais bien d’un commencement.
​Le début d’une nouvelle vie. Le début d’un changement pour nous deux qui voyons la vie différemment. Notre voyage prend alors une toute autre dimension…

Notre voyage

Bien plus qu’un voyage de découvertes, c’est le voyage de nos vies. Il nous change, nous instruit et nous donne envie jour après jour de continuer d’avancer même dans les moments difficiles.

lesmanalas_australie_wa
En mai 2019 - En Australie sur une plage de la côte Ouest

Notre voyage :

  • Nous privilégions le chemin emprunté plutôt que la destination choisie.
  • Nous voyageons avec le strict minimum.
  • Nous préférons rencontrer les locaux dans leurs maisons plutôt que les hôtels.
  • Nous encourageons l’expérience vécue plutôt que la visite d’un site touristique incroyable.
  • Nous prenons le temps d’aimer un endroit avant de le quitter.
  • Nous testons nos limites et nous repoussons nos craintes.
  • Nous perdons la notion du temps pour mieux nous reconnecter avec le présent.
  • Nous goûtons tout et nous partageons notre cuisine française en retour.
  • Nous apprenons des autres, mais tout en apprenant sur nous-mêmes.

Quand prévoyons-nous de rentrer ?

C’est la seule question à laquelle nous ne pouvons pas encore répondre. Notre voyage prévu pour un an durera plus longtemps car nous avons décidé de continuer à voyager tout au long de notre vie. Nous avons terminé notre working hollidays visa en Australie en septembre 2019, et après quelques mois en Asie et un retour en France, nous prévoyons déjà la suite en Thaïlande !

Questions / Réponses que vous nous posez

  • Comment faites-vous pour voyager sans revenus ?
  • Quels sont les pays visités et ceux que vous prévoyez ?
  • Comment trouvez-vous les bons plans pour voyager à petits prix ?
  • Comment faites-vous avec la barrière de la langue ?
  • Pourquoi vouloir aider la fondation ARSEP et comment ?

Notre projet de départ a été budgétisé à 30€/jour pour deux et nous faisons tout notre possible pour nous y tenir. On vit sur nos économies et on n'hésite pas à limiter nos frais pour voyager plus longtemps (CF notre article sur la budgétisation d'un tour du Monde). On est ouvert aux rencontres et au volontariat. Ces expériences nous permettent d'économiser puisque nous restons longtemps au même endroit et que la plupart du temps, le gîte et le couvert sont offerts.

Nous avons également effectué entre septembre 2017 et septembre 2019 deux années de Working Holiday Visa en Australie où nous avons travaillé tout en voyageant pour vivre en nomades. Comme on vous a dit, on est ouvert à toutes nouvelles expériences sur nos routes ! On a ainsi travaillé en restauration, en camping, en blanchisserie, en ferme, dans les vendanges, en tant que vendeur et en tant que fabriquant de petits cerf volants ! On a également effectué plusieurs partenariats avec des lieux touristiques australiens pour limiter nos dépenses en échange d'une vidéo ou de quelques photos aériennes. Cette nouvelle vie, nous permet de continuer de voyager sans nous ruiner ! A nous le voyage qui dure, et durera plus longtemps !


Depuis fin d'année 2019, nous sommes retournés en France pour être auprès de nos proches. Nous y avons créé nos micro-entreprises pour être plus indépendants financièrement. Mais malgré tout, notre prochain projet sera de gérer un ranch pendant un an en Thaïlande. Affaire à suivre donc !

Pour l'instant, nous avons visité la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, les Philippines, la Taïwan, le Laos, la Malaisie,  l'Indonésie et l'Australie (que nous avons parcouru pendant deux ans en 4x4 et en van).

On n'a pas de plan "établis" pour la suite. Il était prévu que nous rentrions en janvier 2018. On y tenait particulièrement. Mais on s'est "installé" en Australie et on voulait vraiment tout visiter, tout voir et tenter l'expérience du travail à l'étranger pendant nos deux ans de visa.

Nous avons seulement fait un aller/retour en France en avril/mai 2018 pour revoir nos proches.

Nous avons ensuite effectué un coming back en Asie pour un peu plus de trois mois. un retour en Malaisie pour y découvrir des îles que nous ne connaissions pas ainsi que Malacca, une visite chez des amis à Singapour, un retour en Thaïlande pour découvrir le Sud-Ouest cette fois-ci et voyager deux semaines avec les parents de Steve, et enfin, notre premières visites de l'Inde à Jaipur dans le Radjastan pendant une semaine !

Pour la suite ? Nous restons en France suite à la crise du coronavirus mondiale. Nous reportons donc notre départ au ranch en Thaïlande où nous devions tenir la gestion pendant un an. Heureusement, nous avons énormément de projets en tête et nous profitons de cette période en France pour tout mettre en place ! 

Il y a plusieurs manières de voyager à petits prix. Pour notre part, on est très connecté malgré qu'on est souvent dans la cambrousse :

  • On s'informe donc sur les blogs d'autres voyageurs, sur internet et sur les groupes Facebook
  • On est inscrit sur le site internet de Couchsurfing (hébergement gratuit chez l'habitant) et HelpX (volontariat privé)
  • On fait de la garde de maison (Aussie sitter en Australie).

En Asie, on ne prenait que les transports locaux qui sont beaucoup moins chers que les agences, mais il nous arrivait aussi de faire du stop. Il nous arrivait également de planter la tente et on privilégiait l'homestay (dormir chez l'habitant).

En Australie, nous avions notre propre maison roulante toute équipée qui nous faisait économiser en transports et en logement ! On a pu également cuisiner à l'intérieur et c'est bien moins cher que de se payer un restaurant tous les jours !

Notons qu'en cherchant à sortir de sa zone de confort, on est plus facilement au contact des personnes qui sont très ouverts aux échanges, que ce soit au niveau d'un repas, d'hébergements ou de transports.

Bref ! Le meilleur moyen c'est vraiment d'être ouverts d'esprits et d'aller vers les gens. De ne rien prévoir aussi puisque les plans changent tout le temps. 

En Asie, c'est assez facile de se faire comprendre. Ils ont un anglais sommaire, donc il suffit d'apprendre quelques mots en arrivant dans leur langue et ça roule tout seul. Parfois, effectivement, c'est compliqué, mais ils sont souriants, veulent se faire comprendre donc feront tout pour vous aider. Je me souviens d'un homme au Vietnam qui nous a demandé de le suivre en pleine nuit lorsque nous cherchions un hébergement. On ne se comprenait absolument pas et on ne savait pas du tout s'il nous avait compris. On a décidé de lui faire confiance et il nous a emmené à un hôtel. On ne sait toujours pas comment on a réussi à se faire comprendre, mais surement la situation a aidé (en sac à dos, de nuit, marchant sur une avenue... ah ah !).
En Australie, au début, se fut compliqué... Mais après deux ans dans le pays, on a énormément amélioré notre anglais et on peut même dire que c'est notre plus grande fierté ! On en repart bilingue et c'est un énorme plus pour la suite de nos projets !

Nous connaissons beaucoup de personnes dans notre entourage qui sont touchées par la maladie de la sclérose en plaques. Nous voulions apporter notre aide à la Fondation puisque ça nous tenait à cœur tout simplement.

Grâce à notre voyage, on peut sensibiliser les personnes rencontrées au sujet de la maladie. En leurs demandant s'ils connaissent la maladie, comment elle est traitée dans leur pays ou encore s'ils connaissent des personnes qui l'ont, etc.  L'objectif est aussi de récolter des recettes de cuisine auprès des personnes rencontrés pendant notre voyage. A notre retour, on pourra récolter des fonds grâce au livre de recettes de cuisine qu'on va publier. Ils seront reversés dans la recherche. C'est un peu un projet à deux vitesses puisque d'un côté on sensibilise et de l'autre on apportera notre aide.

D'ailleurs à la fin de notre voyage, on publiera une vidéo d'interviews qu'on a fait auprès des personnes du Monde entier au sujet de la maladie.

​Affaire à suivre !

Vous avez d’autres questions ? Faites le nous savoir. On vous répond !